picto-gwen-nourriture

Nourriture & boissons

Le choix du type de nourriture et des boissons peut avoir un réel impact en terme d’éco-citoyenneté sur notre événement. Nous allons aborder dans cette thématique comment améliorer, par des petits et grands pas, notre manière de gérer le catering en général.

Composer ses menus & choisir ses boissons

Sur cette page...

Si vous gérez la nourriture vous-mêmes

Choisir ses fournisseurs :

  • Favorisez les filières courtes, produits du terroir, productions biologiques, nourriture végétarienne, petits producteurs, groupements d’achats…
  • Favorisez l’achat en vrac.
  • Vous pouvez travailler avec plusieurs producteurs locaux : une seule boulangerie ne peut pas vous fournir toutes les baguettes pour vos repas, allez en voir plusieurs autres.

Dans l’assiette :

  • Pour éviter le gaspillage, prévoyez des quantités adaptées pour vos menus (menu petite faim / grande faim).
  • Si la taille du festival le permet, vous pouvez mettre en place une auberge espagnole.
  • Pensez à prévoir des alternatives végé à vos repas.
  • Placez le pain en fin de buffet.
  • Diminuez la quantité de viande et augmentez les légumineuses.
  • Certains plats ne demandent aucun contenant : hot-dog, croque monsieur…

On mange quoi ?

  • Proposez des menus de saison.
  • Pensez aux invendus et restes de magasins/marchés pour composer vos menus.
  • Soyez diversifié, évitez les menus ou food-trucks qui proposent les mêmes types de repas.
  • Soyez inclusifs : repas végé, végan, sans gluten…
Photo : Festival C'est pas d'la Carotte
0
calories, c’est - en moyenne - la quantité que va dépenser un festivalier lors d’une journée de festival.

Source : étude Withings

Points d’attention pour favoriser le circuit court cohérent :

  • La saisonnalité est un point crucial. Si vous achetez local, achetez des produits de saison qui n’ont, donc, pas du être conservés ou cultivés sous serre chauffée.
  • Évitez les petits trajets pour des achats en petite quantité (ou alors à vélo).
  • La vente directe permet généralement de valoriser les produits “non calibrés”, pensez aux légumes moins beaux mais bons! 🙂
  • Discuter avec les producteurs locaux chez qui vous vous fournissez concernant leur méthode de culture (exemple : travaillent-ils avec des grosses machines ou fonctionnent-ils majoritairement avec de plus petits outils non motorisés ?). Le circuit court c’est bien quand c’est combiné à une manière de cultiver qui génère peu de CO² et qui est attentive à respecter l’équilibre et les strates du sol.

Pour aller plus loin : 

Attention aux additifs dans les produits Bio :

Malgré ce que l’on pourrait croire, les produits bio peuvent contenir des additifs, voire certains additifs considérés comme dangereux. Si l’agriculture conventionnelle en tolère 300, seuls 48 additifs sont autorisés dans l’agriculture biologique. Il peut s’avérer plus pertinent de bien connaitre le producteur et le choix de ses méthodes naturelles, même s’il n’est pas certifié bio, plutôt que de choisir le bio des grandes surfaces.

  • E220 Dioxyde de soufre, Anhydride sulfureux
  • E223 Métabisulfite de sodium, Pyrosulfite de sodium
  • E224 Métabisulfite de potassium, Pyrosulfite de potassium
  • E250 Nitrite de sodium
  • E252 Nitrate de potassium, Salpêtre
  • E464 Hydroxypropyl méthyl cellulose
  • E509 Chlorure de calcium
  • E553 Silicate de magnésium, Trisilicate de magnésium, Talc
  • E153 Charbon végétal, Noir végétal
  • E160b Rocou, Annatto, Bixine, Norbixine
  • E296 Acide malique (DL- ou L-)
  • E333 Citrate de calcium
  • E341 Phosphates de calcium, Orthophosphates de calcium
  • E407 Carraghénane, Carraghénate, Furcellaran, Mousse d’Irlande
  • E516 Sulfate de calcium
  • E524 Hydroxyde de sodium

Bars et boissons

  • Favorisez les boissons en fûts ou cubis, évitez à tout prix les contenant plastiques.
  • Pensez aux bières et jus locaux. (Voir carte des producteurs locaux en bas de page).
  • N’oubliez pas les indispensables gobelets réutilisables. Vous pouvez également incitez les festivaliers à apporter leur gourde sur l’événement.
  • Pour l’eau, dans le cas des petits événements, remplacez les bouteilles par des filtres Berkey et de l’eau du robinet. 
  • Vous pouvez réaliser des jus avec de la récup (fruits moches, restant de fruits/légumes…).
  • Vous pouvez faire certaines boissons vous-mêmes (limonade, thé froid..).
  • Pas forcément besoin de frigo pour garder des boissons au frais : un bac avec des glaçons, un endroit sombre…
  • Favorisez les (micro) brasseries proches de votre événement
    bières belges qui ne viennent pas d’une multinationale : Silly Pils, Lupulus, Moinette, Saison Dupont,…

Voici une liste (non-exhaustive) de fournisseurs de boissons locales :

Photo : Festival C'est pas d'la Carotte

Tips en vrac

Photo : La Semo
  • En utilisant des boissons en fûts ou en grandes quantités, vous pourrez obtenir des prix plus avantageux.
  • Selon la taille de votre événement, préférez un petit frigo pour vos aliments et boissons plutôt qu’un bahut.
  • Si vous utilisez des jetons pour le catering, il existe des jetons en matériaux écologiques (réutilisables et biodégradables, par exemple en fécule de pommes de terre). Restez cependant critiques et renseignez-vous sur la composition exacte de ces jetons (s’il s’agit de bioplastique, il est intéressant de se demander s’il y a encore du plastique dedans et s’ils sont réellement biodégradables).
  • Vous pouvez, en fin de festival, casser les prix des menus pour liquider votre stock.
  • Il est intéressant de choisir un label, mais encore faut-il savoir lequel. Chaque label poste ses propres valeurs et approches. Prenez le temps de définir lequel correspond le mieux à vos valeurs.
  • Lors de la composition de vos repas, vous pouvez tenir compte de l’indice de satiété des aliments afin de proposer des repas qualitatifs et roboratifs. Pour une même quantité : artichaut, pomme de terre, carotte, brocoli, haricot vert, seront plus roboratifs que les tomates, salades, courgettes… Pour les mêmes raisons, préférez le poisson à la viande. Vos festivaliers en veulent encore ? Pomme, oranges, amandes.

DIY : Des idées de recettes simples

Complexité de la recette

Falafels

Pois chiches secs.Oignon grossièrement haché. Farine. Sel. Cumin moulu. Coriandre moulue. Paprika. Persil finement haché. Ail. Huile d’olive de cuisson

1. La veille, mettez les pois chiches à tremper dans une grande quantité d’eau.
2. Le lendemain, rincez, égouttez, et mélangez dans le bol du mixeur avec l’oignon, l’ail, la farine, le sel et les épices. Mixez en remuant régulièrement jusqu’à obtenir une consistance proche de la semoule. Incorporez le persil, couvrez et laissez reposer 1 h.
3. Préchauffez le four sur th. 6 /180° et huilez une plaque de four à rebords.
4. Formez des boules un peu aplaties de la taille d’une noix et disposez-les sur la plaque.
5. Arrosez d’un filet d’huile et faites cuire 20 à 25 mn en retournant à mi-parcours, jusqu’à ce que les falafels soient dorés.

Complexité de la recette

Chili con carne

Oignons. Ail. Poivron. Tomate au naturel pelées. Haricots rouges. Boeuf haché. Bouillon kub. Olives. Cumin. Origan séché. Tabasco. Piment d’Espelette. Piment de Cayenne. Sel

1. Hacher ails et oignons et les faire revenir dans l’huile d’olive dans une grande cocotte (prévoir l’équivalent de la cocotte Seb 4,5 l) pendant 10 mn ensuite ajouter la viande et remuer pendant 5-6 mn.

2. Ajouter le cumin, l’origan, les piments et le Tabasco (plus ou moins selon votre goût). Saler, remuer consciencieusement et mettez sur feux doux. Mouiller avec le bouillon, ajouter tomates et poivron coupé en dés et laisser mijoter pendant 1 heure.

3. Ajouter les haricots égouttés et laisser cuire encore une heure.

Complexité de la recette

Bol commestible

Wrap (ou tortilla de blé nature). Huile ou eau.

1. Trouver 2 récipients type bol qui peuvent passer au four et qui sont adéquat à la forme que vous voulez faire prendre aux wraps.

3. Avec un pinceau silicone (ou à la main) étaler un peu d’huile et d’eau de chaque côté du wrap. Placer du papier sulfurisé sur un bol, mettre la galette dessus, appuyer légèrement dessus et replacer du papier sulfurisé et un bol par-dessus.

3. Préchauffer votre four à 250°. Enfourner 5 à 7 min. Laisser refroidir. C’est en refroidissant que le bol se consolide.